Réseau de transport

Liaisons neuves et renouvelées

Un réseau de plus en plus souterrain

En 2017, le réseau public de transport compte plus de 559 km de nouvelles liaisons (incluant les mises en souterrain de liaisons existantes). La technologie souterraine représente la quasi-totalité des liaisons neuves en 2017, comme cela est le cas depuis une dizaine d’années (exception faite en 2013 avec la mise en service des 340 km de la liaison 400 kV Contentin – Maine, ainsi qu’en 2016 avec les 79 km de la nouvelle liaison 400 kV Lonny-Vesle).

Par ailleurs RTE a renouvelé plus de 474 km de liaisons aériennes et souterraines sur son réseau.

Liaisons aériennes et souterraines : deux technologies complémentaires

Le développement du réseau de transport d’électricité s’appuie sur des solutions variées, tenant compte de critères tech­niques, économiques, environnementaux et sociétaux. Elles se divisent en deux familles : les techniques de liaisons aériennes ou sou­terraines.

RTE s’est engagé à ne pas augmenter le linéaire aérien (les déposes compensant les créations) et à réa­liser a minima 30% des nouvelles liaisons en technique souterraine.

La différence de coûts d’investissement entre aérien et souterrain dé­pend du niveau de tension : ils sont équi­valents pour les ouvrages 63 et 90 kV, mais en tension 225 kV ceux du souterrain sont environ deux fois plus élevés que l’aérien, et huit fois plus élevés en tension 400 kV (*).

Aujourd’hui le réseau est souterrain à :

  • 7,7% en 63/90 kV,
  • 5,1% en 225 kV
  • de façon négligeable en 400 kV.

 

(*) En 400 kV alternatif, les câbles souterrains sont très onéreux et il est nécessaire de construire tous les 20 km des postes pour compenser l’effet capacitif des câbles. A ce niveau de tension, la technologie à courant continu souterraine peut être envisagée. Elle présente un coût équivalent à une ligne aérienne en alternatif mais la capacité de transit est de 3 à 5 fois moindre.

 

Source : Schéma Décennal du Développement du Réseau

Tensions 400 kV et 225 kV

Aérien

RTE a renouvelé près de 300 km de conducteurs aériens en 2017 pour les tensions 400 kV et 225 kV, dont une très grande partie concerne deux projets dans les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agit de la réhabilitation de la liaison 225 kV Godin – St-Victor, dans l’Aveyron, dont les conducteurs arrivaient en fin de vie, ainsi que du renouvellement des liaisons 400 kV Le Chaffard – Pivoz-Cordier, dans la vallée du Rhône, dans le cadre du projet de sécurisation électrique Lyon-Montélimar.

Souterrain

117 km de nouvelles liaisons souterraines ont été mises en exploitation en 225 kV en 2017. Cela concerne principalement la mise en service du filet de sécurité Bretagne : liaison 225 kV Mûr-de-Bretagne – Plaine Haute, dans les Côtes d’Armor, et liaison 225 kV Calan – Mûr-de-Bretagne, dans le Morbihan. Notons également la mise en conduite de la liaison 225 kV Fleurs – Volvon, en Auvergne-Rhône-Alpes, pour répondre aux contraintes du réseau 63 kV liées à la croissance des charges sur le territoire de la plaine du Forez.

Tensions 63 kV et 90 kV

Souterrain
Avec 428 km de nouvelles liaisons mises en exploitation, la longueur des câbles souterrains en tensions 63 kV et 90 kV augmente en 2017. RTE a procédé en particulier à la mise en service de :

  • la liaison 90 kV Gavrelle – Moffalines, dans le Pas-de-Calais (renforcement de l’alimentation électrique d’Arras),
  • la liaison 90 kV Challans – Soullans, en Vendée (mise en souterrain partielle de la liaison),
  • la liaison 63 kV Frasnes – Melincols, dans le Doubs (mise en souterrain de la liaison),
  • la liaison 63 kV Terradou – Vaison la Romaine, dans le Vaucluse (sécurisation de l’alimentation électrique du nord du département)

Le taux de mise en souterrain des nouveaux ouvrages construits en tension 63 kV et 90 kV reste stable avec 99,6% en 2017 et une moyenne de 99,5% sur les trois dernières années (période 2015 – 2017).

Aérien
Certains ouvrages aériens de tension 63 kV et 90 kV ont fait l’objet de travaux de renouvellement des conducteurs pour un total de 135 km. On peut citer :

  • le renouvellement des liaisons 90 kV Eguzon – St Marcel dans l’Indre, Juine – Les Loges dans l’Essonne,
  • le renouvellement des liaisons 90 kV Saintes – Piquage à Charron en Charente-maritime,
  • la liaison 63 kV Boege – Cornier en Haute-Savoie,
  • la liaison 63 kV Carrières – Villers Saint Paul dans l’Oise.

Par ailleurs, moins de 2 km de circuits neufs ont été mis en service au cours de cette année.