Flexibilite

Mécanisme d’ajustement

Le mécanisme d’ajustement permet à RTE de moduler les niveaux de la production, de la consommation et des échanges pour assurer en permanence l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Il est fondé sur des offres faites par les acteurs d’ajustement, sélectionnées selon la préséance économique au regard du besoin identifié.

Progression des ajustements à la hausse

Les volumes d’ajustement à la hausse s’élèvent à 3,22 TWh, au plus haut depuis 2013.
Les ajustements en provenance de l’étranger représentent 36% du volume total des ajustements à la hausse et 4% des ajustements à la baisse, avec respectivement 1,15 TWh et 0,77 TWh.
Le volume global des ajustements atteint 7,7 TWh, ce qui représente un peu plus d’1% du total du volume d’activité des responsables d’équilibre.

Le nombre de périodes en déficit d’offres sur le mécanisme d’ajustement pour couvrir la consommation et les marges prévisionnelles augmente en 2017 par rapport à 2016. Cela reflète surtout des disponibilités particulièrement basses des moyens de production thermique, notamment lors de la vague de froid de janvier qui compte pour 18 des 66 demi-journées ayant données lieu à l’émission d’un signal Offres insuffisantes aux acteurs du marché. Même si les marges à la hausse étaient alors particulièrement réduites, RTE n’a pas dû activer de moyens exceptionnels ou d’urgence (interruptibilité, baisse de tension, délestages) grâce à l’utilisation accrue des interconnexions. Le 25 janvier, journée la plus contrainte, RTE a tout de même frôlé l’appel au dispositif d’interruptibilité des consommateurs industriels.

NB : on considère qu’une situation est tendue du point de vue de l’équilibre offre-demande lorsque RTE génère un ou plusieurs messages de manque d’offres concernant le mécanisme d’ajustement (alertes ou modes dégradés) afin que les acteurs complètent leurs offres.